1 2 3

87230 Bussière-Galant - Plan d'eau des Ribiéres

18/04/2024

87230 Bussière-Galant - Plan d'eau des Ribiéres

Nous avons contacté le centre de loisirs pour tenter de comprendre et vérifier l'information. Celle-ci n'est pas en mesure de nous informer sur la toxine ou le taux détecté mais uniquement sur le genre (Oscillatoria) . 

 

La suppression de la publication serait à la demande du laboratoire d'analyse de l'eau. Conseil hors champs d'attribution d'un laboratoire d'analyse. 

 

Appel téléphonique information aux publiques, lien d'écoute  ⇒ Espace Hermeline 87230 Bussière-Galant

 

L'annonce précise la présence de cyanobactéries Benthiques et donc possiblement d'anatoxine A (Neurotoxines puissant ayant provoquées plusieurs centaines de mortalités violente de chien). Lors de la détection d'anatoxine, les activités récréatives sont fermés. Les autres toxines potentielles sont tout autant dangereuses mais avec interaction différente. 

 

Le plan d'eau de Ribieres accueil le public pour la baignade surveillée du 01 juillet au 31 Aout. 

 

 

 

 

Cyanobactéries: Comment détecter la présence

06/04/2024

Cyanobactéries: Comment détecter la présence

 

 

1 Le stade de prolifération très visible: 

 

 

Ce stade de prolifération avec plusieurs centaines de milliers de cellules par Millilitre d'eau n'échappe à personne.

C'est souvent à ce stade beaucoup trop tardif que les autorités sont contraintes de publier des interdictions. 

 

Le stade de prolifération moyennement visible et le stade de prolifération peu ou non visible

2 stades tout autant dangereux qui échappent à notre vigilance.

 

 

Astuces: 

Avec un récipient transparent prendre un échantillon d'eau dans la colonne ( pas en surface, eau calme).

Si nombreuse petites particules apparaissent ne pas baigner son chien. 

 

Lorsque vous êtes habitué d'un plan d'eau, observez la qualité d'un échantillon en hiver pour vous aidez à constater le changement. Observez également la couleur de votre étang. La moindre modification dans la nuance doit vous alerter. 

 

Dans les plans d’eau profonds, des proliférations planctoniques en profondeur peuvent avoir lieu en l’absence de tout changement visible depuis la surface. La modification significative de couleur ne peut apparaître que très tardivement.   

 

Lien vidéo : comment reconnaitre les cyanobactéries planctonique

Lien photo: Différencier les algues des cyanobactéries 

                 

 

Information Anses page 115 /avril 2020 édition scientifique: 

 

6.1  Détection des proliférations de cyanobactéries
6.1.1  Observation visuelle directe
L’observation directe d’un hydrosystème est le moyen le plus simple de détecter une prolifération de cyanobactéries. La couleur de l'eau (coloration anormale ou variation de la coloration sur une période courte, de l’ordre de quelques jours) et l'aspect de la surface (accumulation de biomasse sous forme d’amas ou de film en surface) peuvent signaler une prolifération phytoplanctonique, éventuellement due à des cyanobactéries. 

 

 

 

 

 

Attention au réveil des cyanobactéries

02/04/2024

Attention au réveil des cyanobactéries

"le photopériodisme"3  :

Le photopériodisme et le rapport entre la durée du jour et de la nuit. Ce paramètre écologique joue un rôle prépondérant sur les végétaux et les animaux. 

Le rallongement des jours agi sur les plantes: leur croissance, l’initiation de la floraison, la germination des graines, ...  

 

Comment la plante anticipe la bonne période ?

Grâce au "phytochrome", un pigment présent dans la plante, qui va être sensible à une couleur précise dans le rayonnement solaire et va détecter ce changement d’ensoleillement. Lorsque ce pigment est suffisamment exposé à la couleur de la photopériode adéquate, il déclenche une cascade de réactions chimiques qui va se traduire par ce qu’on appelle: le "réveil de la nature".

 

"Phytochrome 1" et cyanobactéries.

Les cyanobactéries sont également dotées de ce pigment 2 qui détermine les longueurs d’onde et la lumière pouvant être captée puis utilisées la photosynthèse.

C’est d'ailleurs initialement chez les cyanobactéries que nous avons pu observer ces premiers signes de rythme circadien.

La croissance/prolifération des cyanobactéries débute en avril/mai en France. ( Certains facteurs tendent à modification) 

 

 Le cycle phosphate/Azote déstabilise l'écosystème 3.
Le phosphate est obligatoire pour le développement des plantes sur terre mais aussi dans le milieu aquatique. Pour doper la production lors de la photopériode adéquate, l'homme utilise de l'engrais chimique qui infiltre les sols et/ou par ruissellement atteignent le milieu aquatique. Le traitement des eaux usées (plus adapté à la pluviométrie), les élevages intensifs (excréments d'animaux), les coupes rases (déforestation) ... sont tous des sources de phosphates qui s'additionnent dans le milieu. 
Une partie favorise la prolifération du plancton, alors que l'autre partie tombe au fond des plans d'eau et se mélange aux sédiments.
Si les cyanobactéries sont invisibles et présentes naturellement dans le milieu avec un rôle important dans l'équilibre de la chaine alimentaire, la pollution au phosphate fournit une source illimité de nourriture aux cyanobactéries provoquant un déréglementent aquatique anarchique . 

 

Le dérèglement aquatique:

Début des années 2000 l'AFFSAT publiait que le risque de dépassement de 100 000 cellules de cyanobactéries par millilitre d'eau était peu fréquent et pratiquement nul pendant les mois de novembre à avril (Moins de 5 000 cellules en hiver). 

 

L'étude constatait la croissance des cyanobactéries et la prolifération qui débutait en avril pour ce terminer en novembre avec des pics en moyenne de 25 000 cellules en juillet et Aout. 

 

En 2006 le seuil de 100 000 cellules de cyanobactéries par millilitre d'eau était retenu dans la réglementation comme risque maximum et pour la fermeture préventive des eaux récréatives. 20 000 cellules appelaient à la vigilance.  

 

Depuis 2015 la présence de 100 000 cellules de cyanobactéries/Ml est devenu très régulière au point de modifier la réglementation pour permettre la continuité des activités. Dés pics pouvant atteindre plusieurs centaines de milliers de cellules par millilitre d'eau.  

 

Ce qu'il faut en retenir: 

La pollution aux phosphates a pris une grande ampleur et, selon les départements, la pluviométrie, le stresse hydrique, l’ensoleillement, ... le moindre élément favorable peut provoquer une surpopulation brutale des cyanobactéries. 

La période de surpopulation débute en avril/mai.

Elles s'adaptent de plus en plus à d'autres photopériodes. 

 

Lire l'article : Cyanobactéries: Comment en détecter la présence

 

Rédaction: Christophe Tonnaire

 

 

Ressources: 

1)   https://fr.wikipedia.org/wiki/Phytochrome

2)  https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4422448/

3) Rapport AFFSAT eau récréative 2006 

https://www.radiomelodie.com/podcasts/11685-les-jours-augmentent

 

 

 

 

Cyanobactéries: Bègles Plage 33130, toxique pour toute l'année et scandale?

21/02/2024

Cyanobactéries: Bègles Plage 33130, toxique pour toute l'année et scandale?

Le 16 janvier un groupe Facebook publie une alerte : 

Le 19 janvier la ville publie une information : 

 

 

Fautes pénales exposant à un risque de santé publique: 

1- Carence de signalisation et d’information susceptibles de prévenir les effets d’un risque naturel le 16/01/2024 

2- Carence de signalisation et d’information susceptibles de prévenir les effets d’un risque naturel le 19/01/2024

3- Incitation du public à ne pas prendre le danger à sa juste mesure par un discours général minimisant ou excluant un risque contraire à ses fonctions de représentant de l'état et de protection des populations.

 

 

Désinformations: 

1-Aucun danger ? Tout au contraire il y a danger puisque l'intoxication peut être par ingestion d’eau, mais aussi par inhalation de projection ou de toxines en suspension, par contact cutanée,....  avec un degré d’exposition qui dépendra donc de chaque type de population (Enfant jouant au bord de l'eau, pêcheur, promeneur, animaux,..) avec un empoisonnement qui peut être chronique à faible dose ou aigüe de courte durée et provoquant des atteintes hépatiques, promotion de cancers du foie, des intestins ou de la peau, des atteintes de l’appareil reproducteur mal, des atteintes rénales, augmentation des bronchopneumonies, des nécroses, … voir l’arrêt cardio-respiratoire ou l’hémorragie interne selon les toxines.  

 

2- La couleur bleue à quelques endroits révèle une forte concentration de cyanobactéries? La couleur bleue révèle une pigmentation dominante et fait suite à la remonté en surface de l'eau des cyanobactéries en fin de cycle (la mort, la lyse). Pendant cette phase le principale des toxines sont libérés à l'extérieur des cellules et présente un risque particulier (aérosol) même en l'absence de consommation d'eau. Quand à la concentration de cyanobactéries elle peut être tout aussi dense  à certain niveau de la colonne d'eau. 

 

3- Phénomène naturel accentué par des éléments extérieurs comme la température, les intempéries, le vent?

Les proliférations de cyanobactéries sont l'unique conséquences d'une pollution déjà présente des eaux de surfaces aux phosphates. C'est donc l'abondance de nourriture de phosphate qui permet les blooms et non un phénomène naturel.

Sauf à considérer qu'un feu de forêt est un phénomène naturel.  

En aucun cas les vents peuvent accentuer le développement de cyanobactéries, cependant ils participent aux déplacements et accumulations des cyanos visibles en dépôt de surface. Les intempéries participent effectivement à la pollution de l'eau par lessivage des sols agricoles au cumul des années antérieur. En l'absence d'épandage d'engrais phosphate cet hivers rien n'accuse les dernières pluies. 

Température 10° (sans commentaire). 

 

 4-Déconseille de pêcher à proximité de ces zones?   Ce qui indique explicitement qu'aucun risque existe dans la colonne d'eau en s’éloignant de ces zones . Hors les toxines sont diffusent dans l'eau et les proliférations présentent dans la colonne d'eau sont non visible en surface. 

 

Le 21/02/2024 à 08H59 l'alerte du DC d'un chien attire notre attention sur la communication de la Ville et décidons d'envoyer un message au maire de Bègles.  

 

 

 

Le 21/02/2024 la mairie de Bégles met à jour son site internet avec un message d'information et d'alerte qu'il diffusera sous différent post à 12h55 ( Le notre et du groupe de bégles)  

 

 

   

 

1 Désinformation: 

1-La Ville de Bègles a été alerté le 6 Février 2024 d'une possible pollution des eaux du lac?

Ce qui est faux, la Ville ayant publié sur sa page Facebook le 19 janvier 2024: "Le saviez vous" la couleur bleue constatée sur le lac de Bègles révèle une forte concentration de cyanobactéries.  

 

1 Fautes pénales exposant à un risque de santé publique: 

1- Carence de signalisation et d’information susceptibles de prévenir les effets d’un risque naturel du 16/01/2024 au 21/02/2024. 

 

 

 Affirmations contraires à la connaissance scientifique

 

-L'affirmation selon laquelle la zone de dangerosité serait ciblé et se limiterait aux dépôts en surface est mensongère.

-L'affirmation selon laquelle la présence en cyanotoxine en nombre limité et localisé est mensongère. 

Explication: 

1-Il n'existe aucune technique scientifique permettant de quantifier le nombre de toxines provoquées par le dépôt de surface puisque ce sont majoritairement des cellules en fin de cycle(la mort) qui libèrent les toxines par aérosol pour une partie et diffuse dans l'eau pour l'autre. 

2- Il n'existe aucune technique scientifique permettant de connaitre la situation générale du plan d'eau au regard du dénombrement cellulaires des cyanotoxines ou des toxines qui nécessiterait une cinquantaine de prélèvements et une cinquantaine d'analyses.

 3- Le danger ne se situe pas uniquement au dépôt en surface visible mais bien dans la colonne d'eau et invisible. D'une part la présence de cyanotoxines en plein cycle est sous l'eau et d'autre part certaines toxines sont libérées et éparpillées dans l'eau pendant la croissance. C'est Toxines ne sont pas comptabilisés. Pire encore puisque dans les échantillons naturels et a l’obscurité, les microcystines (invisible) peuvent persister plusieurs mois, voir des années, et à la lumiere on observe 90 % de dégradation en 2 a 6 semaines  (Sivonen & Jones 1999).

4- Les toxines sont toujours invisibles ( ne pas confondre toxine et cyanobactéries). 

 

A savoir pour le prélèvement de l'eau et l'analyse que ; 

1-    La présence en nombre cellulaire des cyanobactéries et la concentration en toxines ne sont pas hétérogène dans toute la masse d’eau.  
2-    Quelques heures à quelques jours suffisent pour que les cyanobactéries prolifèrent ou envahissent un plan d’eau
3-    La production de toxines peut être extrêmement rapides et augmenter par un facteur de six à l’intérieur d’une période de 36 heures. 
4-    Les conditions métrologique (Vent, lumière, ...) ou les remous des activités récréatives peuvent modifier le positionnement des cyanobactéries sur une même journée. 

 

Dés lors: 
1-    L’échantillon d’eau n’est pas représentatif de la situation sur l’ensemble du plan d’eau (aléatoire)
2-    Le résultat d’analyse ne permet pas d’avoir connaissance en temps réelle de   la situation générale d’un plan d’eau au regard de sa toxicité (Délai d'obtention des résultats).

 

Exception étant faite pour l eau de baignade sous deux conditions et protocole ANSES: Qu'elle soit délimité et qu'une surveillance quotidienne de la qualité de l'eau soit réalisé pour palier aux problématiques ci-dessus. 

 

 

 

 

Pose du panneau d'affichage non conforme 

 

 

Un sérieux doute sur la date de la pose des panneaux (Ou renouvellement)

 

 

 

 

 

 

Absence de prévention sur la consommation de poisson

 

 

A minima : Recommandations générales d’étêter et d’éviscérer les poissons avant consommation                (ou avant congélation) et de ne pas consommer entiers les petits poissons (fritures)

 

Recommandation ANSES

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pièce jointe 1

Pièce jointe 2

 

Pièce jointe 3

 

'GREEN DEAL’ , ‘Farm to fork’ -FNSEA-toxic-LAC

05/02/2024

'GREEN DEAL’ , ‘Farm to fork’ -FNSEA-toxic-LAC

Idée reçue N°1:Les cyanobactéries prolifèrent dans les eaux Stagnantes

18/10/2023

Idée reçue N°1:Les cyanobactéries prolifèrent dans les eaux Stagnantes

Depuis l’invention de la limnologie par F.-A. Forel (1892), les eaux de surface sont divisées par les chercheurs en deux grandes familles :  


1- les eaux stagnantes, appelées plans d’eau. 
2-les eaux courantes, appelées cours d’eau, 


Cette distinction scientifique résulte d’un fonctionnement très distinct de chacune des deux familles.


a-Les plans d’eau ‘ Eaux Stagnantes’ ont un mode de fonctionnement par étage dans la colonne d’eau de tous les processus (stratification thermique, photique, oxymétrique, biogéographique, etc.).   


Le corollaire biologique de ce comportement géographique se trouve être le fonctionnement vertical du cycle trophique des plans d’eau, et non d’amont en aval comme dans les eaux courantes.


b-L'eau courante est une eau vive qui coule continûment, influencé par la gravité. Elle est l’opposition d’un plan d’eau. 


Les eaux dites « stagnantes » sont tous les lacs, les réservoirs, les étangs, les sablières, les canaux, … 

 

Ces plans d’eau sont les réceptacles des pollutions et des excès en nutriment ‘phosphore/azote’ qu’ils reçoivent de manière continue.   


Les cyanobactéries planctoniques peuvent alors proliférer sur les plans d’eau par l’abondance de nourriture.                 (Cyanobactéries Planctonique = Bactéries qui vivent de manière naturelle dans la colonne d’eau)

 

Dans une eau courante, avec absence d’étagement par définition, les cyanobactéries planctoniques ne peuvent pas prospérer et proliférer.   


Ainsi les cours d’eau sont moins vulnérables et possèdent une capacité d’auto-épuration supérieur. 


 Cependant, suite à la dégradation des eaux de surface et dans un processus encore mal maitrisé par les scientifiques, les cyanobactéries ont aussi fait leurs apparitions dans les eaux vives début des années 2000. 


Celles-ci ne prospèrent pas dans la colonne d’eau (planctoniques) mais se développent accrochées sur des substrats au fond de l’eau courante (Benthiques). 


En 2023 on les retrouve régulièrement dans le Tarn, l’Ain, la Loue, l’Allier, la Loire, le Cher, Vienne,… et s’étendent d’année en année dans nombreux cours d’eau français.  


Elles sont communément appelées par les scientifiques : Les Cyanobactéries Benthiques

 

En résumé Il est exact de dire :


Les cyanobactéries planctoniques prolifèrent dans les eaux à système « stagnant = tous les plans d’eau ».                     Les cyanobactéries Benthiques prolifèrent dans les «cours d’eau= les eaux courantes». 

 

Les cyanobactéries ne prolifèrent donc pas que dans les eaux Stagnantes. La mention ‘stagnante’ dans la presse ne doit pas sous-entendre l’exclusion de certain plan d’eau. 

 

Les cyanobactéries sur les plans d’eau en France : Portrait de la situation- Version simplifié 2023.

 

 

 

                                                               Des systèmes stagnants très diversifiés                                                                      (78 milliers de km3 pour la mer Caspienne à l’hectare et de quelques milliers de m3 pour un étang ou une sablière)

 

Leur âge varie de plusieurs millions d’années (lac Baïkal) à quelques mois (sablières).

 

Un système d’eau courante peut devenir un système d’eau stagnante.  Si le temps de séjour des ‘eaux stagnantes’ peut atteindre plusieurs siècles, il peut aussi se limiter à quelques semaines, comme c’est le cas de certaines rivières ‘eaux courants’ en période de baisses des eaux. 

 

Ils sont d’origine naturelle (tectoniques, volcaniques, glaciaires…) ou artificielle (étangs de pisciculture, barrage-réservoirs…). 

 

Ces systèmes stagnants sont soit alimentés par les eaux de surface d’un bassin versant* et ses cours d’eau et/ou par des aquifères* souterrains. 

 

Les usages de ces eaux stagnantes sont également multiples : pisciculture, eau potable, hydroélectricité, drainage* ou irrigation, écrêtage des crues ou soutien d’étiage*, récréation. 

 

Compte tenu de l’ensemble de ces contraintes, chacun de ces milieux a donc un fonctionnement biogéochimique spécifique, même si les processus écologiques fondamentaux y sont comparables.

 

Références : 
L'inventaire des plans d'eau français : https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2013-3-page-266.htm
L’eau- Aux éditions CNRS- https://books.openedition.org/editionscnrs/9895?lang=fr
L’Eutrophisation;https://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doseau/decouv/ecosys/eutrophisat.html#:~:text=L%27eutrophisation%20est%20une%20forme,et%20que%20celles%2Dci%20prolif%C3%A8rent.
(Dussart, 1992, Angelier, 2000)
(Dussart, 1979, p. 10)
(Gliederung selon Wilhelm, 1960) 

 

 

 

Les cyanobactéries sur les plans d’eau en France : Portrait de la situation- Version simplifié 2023.

 

 

 

 

 

 

Libourne Plage- Une forte suspicion de proliferation de cyanobactéries

20/09/2023

Libourne Plage- Une forte suspicion de proliferation de cyanobactéries

Profil baignade: 

Pas de trace de recherche de cyanobactéries, pas d"analyse disponible sur le site de la Ville pour 2023. 

 

29 aout 2023 ; Pas de changement anormal de la coloration, transparence, dépôts en surface. 

 

 

 

20/09/2023 : Modification anormal de la Coloration de l'eau, trouble, dépôts en surface,..

 

 

 

 

 

 

PROFIL ARS 

 

 

 

Analyse de l'eau disponible uniquement sur les matiéres fécales. Le classement eau de bonne qualité ne prend pas en compte la présence ou l'absence de cyanobactéries. 

 

 

Le maire est la principale « personne publique » qui peut voir sa responsabilité engagée en cas de carence en prévention du risque. Fut-il minime voir improbable, il a l’obligation d’agir en cas de danger par l’exécution des mesures de sureté exigées par les circonstances, tel que les accidents naturels prévus au 5° de l'article L. 2212-2.


En vertu des dispositions de l’article L2212-4 du Code général des collectivités territoriales, en cas de carence de signalisation et d’information susceptibles de prévenir les effets d’un risque naturel majeur, de méconnaissance à ses obligations particulières liées à la présence d’un danger « grave ou imminent », engage sa responsabilité pénale. 
 
Tout incident découlant de cette inaction reste sous sa responsabilité financière et pénale.  

 

T. C.

Cyanobactéries alerte 

 

 

 

 

 

85150 Saint-Julien-des-Landes - Lac du Jaunay

20/09/2023

85150 Saint-Julien-des-Landes - Lac du Jaunay

19/09/2023 🔴 Lanceur d'Alerte 🔴
⚠  Prolifération de Cyanobactéries⚠"
➡ 85150 Saint-Julien-des-Landes - Lac du Jaunay 
 mairie@stjuliendeslandes.fr +33 2 51 46 62 15
facebook. @Mairie de Saint Julien des landes

 

Madame Monsieur, 

 

Les cyanobactéries produisent des cyanotoxines qui sont un poison naturel puissant. Outre certain aspect brutal, elles provoquent des maladies graves tel que des cancers, des atteintes hépatiques, neurologiques.... par exposition chronique, subchronique.      

 
Chez nos amis les animaux, les chiens par exemple, sont particulièrement exposés du fait de l’absorption de l’eau pendant la promenade au bord de l’eau ou pendant la baignade.   


Le maire est la principale « personne publique » qui peut voir sa responsabilité engagée en cas de carence en prévention du risque. Fut-il minime voir improbable, il a l’obligation d’agir en cas de danger par l’exécution des mesures de sureté exigées par les circonstances, tel que les accidents naturels prévus au 5° de l'article L. 2212-2.

 

Ainsi, en vertu des dispositions de l’article L2212-4 du Code général des collectivités territoriales, en cas de carence de signalisation et d’information susceptibles de prévenir les effets d’un risque naturel majeur, de méconnaissance à ses obligations particulières liées à la présence d’un danger « grave ou imminent », engage sa responsabilité pénale. 


Ne pouvant plus ignorer les circonstances, tout incident découlant de cette inaction reste sous la responsabilité financière et pénale du maire.

 

Cordialement

Cyanobactéries Alerte

Mr Tonnaire 06 61 91 28 29